Article de presse - Libération du 4/05/06

Publié le par Catherine Coroller

 

 

Politiques
Ce que changerait la loi (2/3): le titre de séjour automatique après dix ans
Sara, trop honnête pour être français
Par Catherine COROLLER
jeudi 04 mai 2006
 
Pendant treize ans, Sara Camara a vécu en France une vie sans histoire. Recruté comme gardien suppléant à la Conciergerie de Paris, il a été contractualisé comme agent d'entretien par le Centre des monuments nationaux le 1er juillet 1998. Sur ses 1 200 euros de salaire mensuel, ce Malien en envoyait 200 à son épouse restée au pays avec leurs trois enfants. Et puis, un jour, il en a eu assez. Entré en France en clandestin, il travaillait sous l'identité de son oncle, qui porte même prénom et même nom et qui, lui, est en règle. La situation a fini par lui peser : «Je me suis dit que j'allais travailler toute ma vie pour avoir rien du tout, rien si je suis malade, rien pour la retraite...».
Circulaire. Sara Camara ayant tissé de bonnes relations avec ses collègues, se confie à eux. Avec leur appui, il prend conseil auprès du Gisti (Groupe d'information et de soutien des immigrés). Son cas n'est pas simple. Il pourrait bénéficier de l'article L313-11 3° du code de l'entrée et du séjour des étrangers qui prévoit la délivrance d'un titre de séjour aux étrangers, même clandestins, résidant en France depuis plus de dix ans. Sauf qu'une circulaire de 2004 exclut en théorie du bénéfice de cette disposition les années de séjour passées sous couvert d'une fausse identité.
Dans le courrier qu'il adresse le 29 novembre 2005 au préfet de Seine-Saint-Denis pour demander un titre de séjour, Sara Camara dit tout : la nécessité de faire vivre sa famille, ses treize années d'employé modèle à la Conciergerie... La seule réaction de la préfecture a été brutale : un courrier au Centre des monuments nationaux ordonnant son licenciement. Depuis, les collègues du Malien maintiennent la mobilisation. Le 1er février, 50 agents de la Conciergerie et de la Sainte- Chapelle, soit presque tout l'effectif, envoient au préfet une pétition demandant que Sara Camara «puisse retrouver son poste en toute légalité». La semaine dernière, ils ont créé un blog de soutien*.
Agent modèle. Mais, mauvaise nouvelle pour Sara Camara, le projet de loi Sarkozy supprime la délivrance automatique d'un titre de séjour au bout de dix ans de présence en France. La régularisation est désormais soumise à deux conditions : «Des ressources stables et suffisantes», et «une intégration républicaine [de l'étranger] dans la société française». Agent modèle au ministère de la Culture où il suit des cours de français depuis 1994, Sara Camara paraît y répondre.
 

 

Commenter cet article

Eric 05/05/2006 21:19

Quelle honte...J'ai découvert votre situation via l'article dans Libé. Gardez votre courage et votre confiance en une issue heureuse, c'est-à-dire simplement humaine...  

jfparis 05/05/2006 01:48

Je suis de tout coeur avec vous, et tenez bon ! Parce que dans vos difficultés vous représentez bien plus que votre cas personnel, vous témoignez des souffrances provoquées par une nation qui se construit sur le rejet des plus faibles : les immigrés.

Cath Blot-Zweig 04/05/2006 12:03

Bon courage à Sara et à vous tous.De tout coeur avec vousCordialementCath