Lettre au préfet

Publié le par Comité soutien Sara Camara

A l'attention de Monsieur Jean-François Cordet

Préfet de la Seine-Saint-Denis,

 

Voilà maintenant plus de 130 jours que notre ami et collègue Sara Camara est volontairement exclu et précarisé par l'administration française !

 

Il n'a plus le droit de travailler alors que le poste qu'il occupait depuis plus de 13 ans à la Conciergerie de Paris, en tant qu'agent chargé de l'entretien du monument, l'attend !

Quel crime a-t-il commis pour mériter cette punition ? Il a eu l'honnêteté de révéler lui-même auprès de vos services la vérité sur sa situation. Il a fuit la misère de son pays (le Mali) il y a plus de 15 ans pour essayer de vivre et faire vivre sa famille de façon digne, avec un espoir de vie meilleure. Quand il a eu l'opportunité de travailler pour le Ministère de la Culture, il a fourni les papiers de son oncle (qui porte les mêmes noms et prénoms que lui) pour saisir cette chance.

Depuis, il a largement démontré qu'il était quelqu'un de sérieux, 13 années sans le moindre problème ! Il s'est parfaitement intégré et il fait l'unanimité autour de lui. Et au moment où il a le courage d'essayer de sortir de la spirale de l'immigration clandestine, vous vous montrez impitoyable avec lui ! Vous l'avez condamné sans le juger malgré l'énorme élan de solidarité que sa situation a généré. Vous opposez le silence et l'indifférence à toutes les demandes que vous ont adressé ses collègues et ses amis.

Vous répondez invariablement la même chose à toutes les interventions d'hommes politiques sensibilisés par ce dossier : « il y a eu usurpation d'identité, il n'y aura donc pas de régularisation "mais tout le monde le sait qu'il y a eu usurpation d'identité il y a plus de 13 ans" puisque c'est Sara Camara lui-même qui l'a divulgué !!!

Nous étions à l'Assemblée Nationale au moment de la discussion concernant le nouveau projet de loi immigration, avec Sara Camara, le jour où Julien Dray a évoqué dans l'hémicycle son histoire devant le Ministre d'état, Nicolas Sarkozy. Ce même jour, le ministre de l'intérieur a affirmé « que les critères humanitaires et sociaux devaient être pris en compte dans le traitement des dossiers de demande de régularisation ».

Si tel était le cas, Sara Camara devrait déjà être régularisé et il aurait déjà dû retrouver son travail. Alors pourquoi n'est-ce pas le cas ? Pourquoi les droits élémentaires des êtres humains sont-ils ainsi bafoués ?

En agissant ainsi, vous faites le jeu des filières clandestines et des marchands de sommeil en incitant les gens à rester cachés dans l'irrégularité !

Sara aime la France, il l'a prouvé depuis toutes ces années, en ayant fait le choix d'y venir pour travailler. Il aime la France et ne veut pas la quitter !

 

Pour toutes ces raisons nous, signataires de la présente pétition, vous demandons de bien vouloir régulariser Sara Camara et de mettre fin à cette situation ubuesque et humiliante qui ne fait pas la gloire de notre pays, connu dans le monde comme étant le pays des Droits de l'Homme.

 

Merci d'avance, Monsieur le Préfet, pour ce geste d'humanité.

 

 

 

 

 

Commenter cet article

Dominique 03/06/2006 22:05

Bonjour,
Comment peut-on laisser une situation durée comme ça ? L’administration ou les hommes qui la composent n’ont-ils pas de coeur ? La loi, oui mais pour qui ? Pour les pauvres seulement ? Elle a bon dos la loi ? Qu’est-ce que la dignité d’un homme, d’un africain de surcroît ? Alors oui, j’ai honte et je vous demande pardon Monsieur Camara. Parce que mon pays la France celui pour lequel c’est battut mon grand-père pour le libérer du fascisme c’est pas celui qu’on vous fait subir. Mons pays c’est celui des droits de l’homme, c’est pas un pays de raciste n’en déplaise à certain qui veulent nous faire croire que la cause de nos soucis quoditien, c’est l’autre, l’étranger.. Le problème c’est pas vous, le problème c’est eux ! Eux qui font qu’aujourd’hui, simplement pour des raisons électorales et pour garder ou prendre la place de l’autre au pouvoir, font tout pour nous faire peur. Moi, j’ai pas peur, j’ai honte ! Vous êtes un travailleur immigré comme bien d’autres avant vous... et nous avons besoin de vous.. Les économistes (les vrais) le disent. Vous n’avez pris la place de personne, puisque vous êtes en place. Oui, vous êtes venu en France pour travailler et pour une vie meilleure, c’est pas la fatalité qui vous a fait venir et vivre pendant 15 ans dans la peur d’être découvert. C’est la misère !Et quand bien même vous avez donné les papiers de votre oncle pour travailler, où et le problème, faut-il vous mettre en prison ? Meritez vous d’être renvoyer chez vous menoter ? faut vraiment arrêter, vous avez travailler pendant 13 ans dans l’administration et votre parcours et le soutien que vous avez de vos collègues à la lecture de votre histoire prouve que vous méritez le PARDON et la GRACE. On ne peut pas faire l’économie de votre force de travail pendant toutes ces années et continuer l’humiliation que l’on vous fait subir, sans prendre en compte l’aspect humain de votre histoire.Bon courage monsieur Camara et bravo aux gens qui nous honorent en vous aidant.Et vous messieurs les politiques reprenez vos esprits, et arrêtez le compteur de la honte vous en avez le pouvoir, puisque c’est nous les Français qui vous l’avons donné....
Dominique, cityoyen du monde